4 avril 1963

Presse le 4/4/63        (Nancy)

ASSOCIATION FAMILIALE POPULAIRE DE NANCY

(Section Placieux)

Fidèle à sa tradition, l’A.F.P.. continue à consacrer son activité à l’étude et à la recherche des solutions à apporter aux nombreux problèmes qui se posent chaque jour aux familles.

Depuis sa fondation, en 1954, notre Association a permis à de nombreux chefs de famille, découragés par les difficultés des actions individuelles, de prendre conscience de l’efficacité d’un travail et d’une action collective, (Démarches auprès des pouvoirs publics, revendications familiales et sociales, achat de gros matériel ménager, groupement d’achats, etc….)

Le comité de notre section, sensibilisé par le spectacle des nombreux enfants et adolescents du quartier errant désœuvrés pendant les fréquents loisirs que leur octroie la législation actuelle sans s’inquiéter de leur utilisation, a, décidé, en 1962, d’orienter son action vers la recherche d’occupations et de distractions éducatives et sportives susceptibles de les intéresser.

Sous la direction de son Président Monsieur V., la commission « Sports et loisirs » a pris une telle importance et une telle efficacité avec les adolescents de 14 ans et plus qu’il est apparu nécessaire de lui ac­corder son autonomie et d’en faire une Association de jeunesse indépendante (le groupement des moins de 14 ans étant toujours géré par l’A.F.P.) Les statuts ont donc été déposés et l’Association « Sports et Loisirs » constituée.

L’A.F.P. considérant cette affaire en bonne voie a décidé de reprendre avec un nouvel élan ses activités sociales et familiales quelque peu submergées par l’importance du problème des jeunes.

Monsieur V.ayant quitté la Présidence de l’A.F.P. pour se consacrer plus efficacement a la jeunesse, le comité a élu à ce poste la Vice-Présidente Madame G..

Le service des machines à laver ayant, dans un grand nombre de familles réalisé la mission pour laquelle il avait été institué, les a dépannées, leur a fait comprendre la réelle utilité de ces appareils (beaucoup d’entre elles en ont acheté) et leur a prouvé que l’entraide et l’action collective n’étaient pas que des mots. Ce service est toujours à la disposition des adhérents et sera amplifié si cela devient nécessaire.

Le service « groupement d’achats » malheureusement trop peu utilisée laisse cependant apparaitre un bilan encourageant et son intérêt apprécié par les familles qui l’utilisent devrait profiter à un plus grand nombre.

Le « service charbon » a été, lui aussi pleinement apprécié par les familles qui ont bénéficié car, outre les remises importantes sur les prix, la considération du fournisseur s’est agréablement manifestée à la lumière des dernières restrictions en ce domaine.

La défense des intérêts des familles du quartier est toujours assurée avec le plus grand dévouement par les militants familiaux qui nous représentent au sein des diverses collectivités locales ou Nationales.

Les chefs de familles, conscients de leurs responsabilités et soucieux de les assumer sont invités à venir se joindre à-notre action d’entraide et de collaboration par leur présence, par leurs contacts et par l’apport de leur compétence. Tous renseignements leur seront donnés par :

Madame G. rue le la Paix, Mme G.  rue d’Epinal, Mme L. rue de Domremy ou par l’U.D.A.F. 1 Place Stanislas à Nancy

Février 1962 – Journal : « L’Effort »

L’EFFORT

AU PLACIEUX

LES LOISIRS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS

POSENT DES PROBLÈMES AUX PARENTS

Parmi les quartiers en expansion autour de l’agglomération nancéienne, le quartier du Placieux est certainement parmi les plus populeux et le spectacle de nombreux enfants livrés à eux-mêmes dans les rues, posent des problèmes inquiétants aux pères et mères de familles conscients de leurs devoirs.

L’ASSOCIATION FAMILIALE POPULAIRE DE NANCY section du Placieux, groupant la plus grande partie d’entre eux, a décidé de consacrer ses prochaines activités aux problèmes de l’enfance et de l’adolescence.

C’est pourquoi une commission a été constituée pour étudier et soumettre aux pouvoirs compétents les données exactes de ces problèmes ainsi que leurs solutions possibles.

Aussi l’A.F.P., se propose-t-elle de leur soumettre un questionnaire destiné à situer, avec autant de précision que possible, la situation de fait actuelle et agir ainsi à partir d’une base solide lui permettant d’apporter les meilleures solutions aux problèmes qui nous occupent.

Le Comité de l’A.F.P. espère que ce petit questionnaire sera bien accueilli et que les parents des enfants de notre quartier auront conscience de l’importance qu’il représente pour eux et les en remerciant à l’avance.

L’A.F.P., lance également un appel à tous ceux qui par leurs possibilité d’action, d’encadrement, d’enseignement, sont en mesure d’apporter leur collaboration a ce genre de mouvement.

Toutes les formes d’occupation des loisirs des enfants et des adolescents seront étudiées et proposées : SPORT, CINÉ, AUDITIONS COMMENTÉES DE DISQUES, CAMERA, PHOTO, MODÈLES RÉDUITS, BRICOLAGES, RELIURE, PHILATÉLIE, FOOTBALL, VOLLEY-BALL, NATATION, PING-PONG, ÉCHECS, BRIDGE, ETC…

Pour tous renseignements complémentaires s’adresser : Une permanence se tiendra, SALLE DES FÊTES, II bis rue d’Épinal. Nancy le dimanche 18 Février de 10 H à 12 H

1961 – Préparation Réglement intérieur – AFP

RAPPORT PRÉPARATOIRE A LA RÉUNION DE LA COMMISSION

POUR L’ANNÉE 1961 DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR

—————————-

L’Assemblée générale annuelle de l’A.F.P.de Nancy du I6-12-1960 n’ayant pas atteint le quorum prévu par les statuts pour pouvoir changer les quelques articles proposés par le conseil d’administration.

Une Assemblée générale extraordinaire a eu lieu le 20 janvier 1961 qui a adopté à l’unanimité les nouveaux statuts.

En conséquence chaque section doit élire un comité uniquement pour le quartier représenté par la dite section.

Rappelons que l’A.F.P. de Nancy possède deux sections reconnues « Le Placieux » – « Le Haut du Lièvre » ces deux sections ont tenu leur A.G. annuelle et ont élu leurs comités, ces comités doivent élire leur bureau ainsi que les membres du conseil d’Administration de l’A.F.P. de Nancy selon les normes adoptées par le conseil d’Administration de 1960 et qui sont les articles de base de notre règlement intérieur.

La section du « Placieux » a élu une partie des membres de ce conseil selon le nombre de ses adhérents une partie seulement pour ne pas écraser par un nombre trop important les sections nouvelles ou en formation.

D’autre part elle a désigné les camarades qui représenteront la section du « Placieux » dans la commission du règlement intérieur, camarades qui par leurs diverses responsabilités ont une compétence dans certains domaines : appareils ménagers, trésorier, etc….

Ces camarades sont :

Mesdames B.et G.

Messieurs B., M., V., H..

La section du « Haut du lièvre » devra donc en faire autant.

Il semble que la section en formation de la « Commanderie » doit- elle aussi envoyer un ou deux camarades.

Pour l’Association de Villers-les-Nancy le problème du règlement intérieur ainsi que la mise sur pied de la Fédération se pose de la même manière que pour celle de Nancy aussi nous attendons de même les noms des camarades qu’elle déléguera.

Voici les points qui sont acquis et qui pour quelques uns ont déjà été appliqués, ils seront les points de départ du travail de la commission.

DEMARRAGE D’UNE SECTION

——————-

Un appareil ménager pourra être attribué par l’Association à un responsable qui l’aura en dépôt s’il y a au moins 10 adhérents autour de lui.

Une section sera reconnue par l’Association, après six mois d’activité c’est à dire par exemple :

Qu’un appareil ménager aura tourné pendant six mois à la satisfaction des Adhérents et Services généraux.

D’autre part que cette Equipe ait pu faire une A.G. où l’Association aura pris part et qu’un comité ait pu être formé.

POUR LES SECTIONS

——————

ASSEMBLEE GENERALE

Toutes les Sections doivent avoir une assemblée générale, en principe dans le mois qui précédera l’Assemblée générale de l’Association.

Au cours de cette A.G. elle élira son comité selon les normes des statuts Art.9.

Ce comité élira au vote secret son bureau qui comprendra :

un président, un secrétaire, un trésorier, et les adjoints qu’il juge utile.

MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

—————————-

Le comité de section élira au vote secret les délégués au conseil d’Administration dont le président y sera de droit mais ne s’ajoutera pas au nombre prévu qui est de :

1 délégué pour les I0 premiers adhérents

1 délégué ensuite par tranche de 25 adhérents

Le maximum des membres au conseil d’Administration ne dépassera pas 20 membres pendant la période transitoire.

FÉDÉRATION

—————–

Les membres qui la composeront sont prévus comme suit :

1 délégué pour les 20 premiers adhérents

1 délégué ensuite par tranche de 50 adhérents

Actuellement deux associations existent : Nancy et Villers­-les-Nancy mais il serait utile de prendre contact avec l’A.F.P. de Longwy qui a les mêmes statuts que nous avions et a adhérer pour un an à l’U.D.A.F.

U.D.A.F.

Les représentants des A.F.P. à l’U.D.A.F. seront présentés en accord avec la Fédération.

BULLETIN

————-

Un bulletin sera commun à toutes les Associations A.F.P.

Voici dans les grandes lignes ce qui est déjà acquis mais tout cela pose dès maintenant un certain nombre de problèmes d’organisation.

D’autres en découlent ex : les commissions

leur composition

leur travail

leur limite

leur contact avec la Fédération, les diverses sections, les Pouvoirs Publics.

D’autre part il est urgent que la commission des appareils ménagers sur le plan association se réunisse et travaille pour la gestion de ces appareils à l’échelon section et la répercussion sur 1’Association, sur la Fédération.

Notre camarade M. pose le problème de la double apparte­nance particulièrement, politique et familiale.

Il y a un texte de règlement intérieur à mettre au point tenant compte d’une part des activités légitimes et mêmes indispensables que des militants familiaux peuvent avoir sur le plan civique, particulièrement dans les communes et la place que peut prendre un militant sur une liste politique et d’autre part l’expérience que beaucoup d’entre nous ont de certaines cabales à caractère politique aux répercussions très graves qui ont stérilisé nombres d’actions

1961-1963

Étape 1961

Vu le nombre d’activités en place, la vieille salle des fêtes était trop petite.

En 1965 le centre social Jolibois

a été ouvert (de nombreuses associations réclamaient son ouverture depuis plusieurs années).

Des activités diverses y étaient proposées.

En réunion de comité, l’association familiale populaire décide de créer une association sous le nom d’Association Culturelle Sports et Loisirs de Nancy-Villers ; déclarée a la préfecture le 8 avril 1963.

1966 – Commission éducation familiale

1966 : Commission éducation familiale

Information sexuelle

Face à l’ignorance et le manque d’information sexuelle que recevaient les jeunes du quartier qui ne faisaient pas d’études, la commission familiale a pris contact avec un organisme,  Le Centre d’Étude et d’Information Familiale.

Cet organisme, par la suite est devenu l’association Française des Centres de Consultation Conjugale dont les statuts ont été déposés à la préfecture le 15 juin 1965.  Elle était composée de foyers et de médecins sensibilisés par les problèmes de couple. Cette association a tout de suite été d’accord pour nous aider dans l’action que nous pensions mener.

Après 2 ans de formation par un foyer au sein de l’équipe responsable de Nancy. Nous avons démarré dans le quartier en 1966 une première session et s’est poursuivie les années suivantes.

Nous avons déjà débuté avec un groupe de fiancés et de jeunes foyers. Cette session a été positive. Ensuite nous avons organisé des sessions qui s’échelonnaient sur 4 ou 5 semaines.

L’équipe de la commission d’éducation familiale du quartier se chargeait de l’organisation (invitations, dates, explications, propagandes etc…).

Nous avons décidé de limiter les sessions à une vingtaine de garçons et filles en général fiancés afin que les échanges se fassent plus facilement.

Voici le programme qui se faisait avec l’aide de diapositives :

1ere semaine : Psychologie masculine et féminine animée par un foyer responsable.

2ème semaine : Anatomie des organes génitaux masculins et féminins par Mme le docteur Pierquin.

3ème semaine : Régulation des naissances et contraception par Mme le docteur Grillat.

4ème semaine : Vers l’amour adulte.

En 1975, une réunion sur l’avortement a été organisée, animée toujours par un médecin.

Durant les premières années les sessions se déroulaient au Centre Social Jolibois et se sont succédées au rythme de 2 dans l’année.

A partir de 1974, il y avait la salle des fêtes dont une partie du bâtiment était réservé à l’ACCEAM, l’autre partie appartenait à l’association les Amis d’Haussonville qui la prêtait aux associations du quartier. Pour les jeunes qui fréquentaient l’ACCEAM, nous avons pensé que si nous faisions les sessions là où ils avaient leur animation, ils se sentiraient plus à l’aise, si bien que les sessions se sont ensuite déroulés dans la salle des fêtes.

Dans la commission d’éducation familiale, il y avait un jeune foyer qui était tous les deux infirmiers. A ce moment là, ce sont eux qui animaient la première partie c’est à dire l’aspect psychologique, les autres sujets (anatomie, contraceptions….) ont toujours été assurés par un médecin.

La commission a décidé d’avoir une petite bibliothèque concernant tous les sujets traités à chaque session. Le comité de l’association familiale qui était parti prenante, nous a remis 500 F pour l’achat de livres. Certains jeunes ont désiré les acheter. Cela leur a permis de compléter ce qu’ils avaient appris en réunion.

Malheureusement, le jeune couple n’a pas pu continuer à participer aux sessions. La jeune femme avait arrêté son travail afin d’élever leur premier enfant et son mari devait faire des études dans le cadre de sa profession.

De plus, la demande d’agrément que nous avions sollicitée auprès de la préfecture, nous a été refusée car nous ne pratiquions pas le Conseil Conjugal. Nous pouvions continuer nos sessions mais nous n’avions pas le titre officiel.

Malgré tout, cette action, que l’association familiale avait entrepris à cette époque, a été positive. Plus que jamais les jeunes dès 14 ans n’étaient pas ou mal informés. Nous ne pouvions que le regretter et souhaiter qu’une autre association du quartier reprenne ce problème en main.

1954-1966 – Mouvement Populaire des Familles

1954 – Mouvement Populaire des Familles

Statut déposé à la préfecture en juin 1954.

Le but était le même « répondre aux problèmes des familles » Action et démarche auprès des pouvoirs publics.

Différentes commissions ont été mises en place

  • commission école et enfance
  • commission de propagande
  • commission sociale et communiqué

C’est ainsi qu’a été créé le service des

  • Machines à laver
  • Machines à tricoter
  • Aspirateurs

1964 : Halte garderie

1965 : Ramassage scolaire

Loisirs pour les enfants animés par Mme Gruyer

1966 : Commission éducation familiale

Par la suite l’association Familiale s’est étendue à Villers, St Léon, Ht du Lièvre, Quai René II qui ont pu profiter tout de suite des services créés.

L’association était rattachée à l’U.D.A.F. celle-ci participait à ses actions auprès des pouvoirs publics :

  • Allocations Familiales
  • Sécurité sociale
  • Tutelle etc…

Plusieurs membres du comité ont été élus administrateurs.

L’association Familiale étant bien implantée dans le quartier avec des membres du comité conscients de leur responsabilité.

« A cette époque le mot bénévole n’existait pas » il y a eu parfois des discussions assez vives dans les réunions de comité mais la réunion finie, c’est l’amitié qui dominait. L’ambiance était bonne. Toutes les actions étaient un travail d’équipe.

Exemple d’action commune avec les autres associations

Toutes les actions collectives se faisaient ensemble.

Les Amis d’Haussonville ont été créés en 1946.

L’association Familiale a toujours travaillé en parfait accord avec les Amis d’Haussonville et l’Amicale des Locataires H.L.M. De nombreuses actions se faisaient en commun.

1966-1993 Salle des Fêtes

 

Salle des Fêtes qui se trouvaient derrière le bt 7 « Les Coquelicots » et l’école maternelle « Donzelot » Lire la suite de cette entrée »

1954 Rond Point des Familles

Premier plan : Bt 7 « Les Coquelicots »

1957-1962 – Tableau

RÉPARTITION PAR TYPE D’HLM

NORMES SIMPLIFIEES

BATIMENT H.L.M.NORMES SIMPLIFIEES ANNEE F 1 F.2 F.3 F.4 F.5 F.6 TOTAL
Bt « 6 » – Les Roses 1957 6 12 27 12 3 60
Bt « 8 » – Les Lilas 1957 4 8 18 8 2 40
Bt « 5 » – Les Oeillets 1958 6 12 27 12 3 60
Bt « 9 » – Les Pivoines 1958 6 12 27 12 3 60
Bt « 10 » – Les Tulipes 1959 4 4 10 4 2 24
Bt « 11 » – Les Myosotis 1962 3 15 12 30
Rue de la Prévoyance : 2-4-6 1962 60 60
Rue de la Prévoyance :
n° 10 1962 2 6 8
n° 14 1962 2 6 8
n° 18 1962 1 4 3 8
n° 22 1962 1 4 3 8
n° 26 1962 2 6 8
TOTAL 26 110 124 81 27 6 374

1956 Construction Nouvelles Maisons

Nouvelles maisons rue de Vittel – au fond Immeubles rue d’Epinal